Dienstag 26. September 2017

2018, une année consacrée au Patrimoine culturel européen

Les interrogations sur le bien-fondé du grand marché commun vont bon train. Certes, les Européens profitent de prix abordables pour les biens et services, mais d’autres effets de ce grand marché, tels que l’effacement de différences culturelles et la non-acceptation des particularités locales, font croître l’euroscepticisme dans l’opinion publique.

 

C’est dans ce contexte que la Commission européenne a proposé, fin août 2016, la proclamation d’une «Année européenne du patrimoine culturel» en 2018. Elle a ainsi voulu témoigner de l’attachement des institutions européennes à la diversité culturelle, et de son propre engagement à préserver la mémoire de notre continent. L’idée de cette initiative revient au Conseil qui l’avait d’abord proposée en 2014.

 

L’approche de la Commission n’était pas seulement de vouloir défendre le Marché unique, mais aussi de «souligner le rôle joué par le patrimoine culturel européen pour renforcer le sentiment de partager une histoire et une identité commune». Dans leur diversité locale et régionale, archéologie et architecture, folklore et beaux-arts, châteaux et églises puisent aux mêmes sources et inspirations. Ils font comprendre aux visiteurs de toute l’Europe leur appartenance à une même civilisation.

 

Il suffit de penser aux monastères bénédictins ou cisterciens, aux églises romanes, gothiques ou baroques, mais aussi aux routes de pèlerinages qui ont façonné la géographie humaine et culturelle de notre continent...

 

 

Cependant, la Commission ne serait pas la Commission si elle n’avait pas souligné l’impact économique du patrimoine culturel en Europe. Ainsi a-t-on pu apprendre que plus de 300 000 personnes sont directement employées dans le secteur du patrimoine culturel européen. Et 7,8 millions d'emplois européens y sont indirectement liés, par exemple dans le tourisme et dans la construction, sans parler des services auxiliaires comme les transports, l'interprétation, la maintenance et la sécurité.

 

Pour la seule année 2011 et pour la seule France, c’est un chiffre d'affaires global de 8,1 milliards d'euros qui a été généré par les musées, la gestion des sites et monuments historiques et d'autres attractions touristiques, sans oublier les bibliothèques et les archives. Sur un plan pratique, l’Année devrait aussi contribuer à mieux conserver, restaurer et promouvoir le patrimoine culturel de l’Europe.

 

Suite à la proposition initiale de la Commission, le Conseil et le Parlement européen ont trouvé le 9 février dernier un accord provisoire pour une décision officielle en faveur de l’Année européenne. Une enveloppe financière spécifique de 8 millions d'euros a été accordée aux activités programmées.

 

Le Parlement européen a ensuite voté son rapport sur cette décision le 27 avril en soulignant que «les idéaux, les principes et les valeurs intrinsèques du patrimoine culturel de l'Europe constituent une source commune de mémoire, de compréhension, d'identité, de dialogue, de cohésion et de créativité pour l'Europe et que le préambule du traité sur l'Union européenne dispose que les signataires se sont inspirés des héritages culturels, religieux et humanistes de l'Europe».

 

Enfin, la décision finale du Conseil a été adoptée début mai, et depuis les préparatifs vont bon train au sein de la Commission européenne et dans les ministères des Etats membres. Sur le site internet de la Commission européenne dédié à l’Année européenne il est désormais possible de s’informer et de s’abonner à une lettre d’information électronique.

Etant donné que l’organisation spécifique des activités relève des Etats membres, il est prévu de mettre en place des coordinateurs nationaux. Au niveau de l’Union, des réunions des coordinateurs nationaux sont prévues.

 

Pour l’Eglise en Europe, pour les conférences épiscopales, les diocèses, les paroisses et monastères, l’Année européenne du patrimoine culturel 2018 est une belle occasion de faire valoir le patrimoine spirituel dont ils ont la charge. Ce patrimoine fait entièrement partie du patrimoine culturel Européen.

 

On pourrait même dire qu’il constitue son pilier central, ou encore sa pierre angulaire. C’est pourquoi la COMECE envisage une conférence européenne, au début de l’année 2018, pour réunir les acteurs des conférences épiscopales sur ce sujet. Des associations européennes comme Future for Religious Heritage seront aussi partie prenante du projet.

 

Stefan Lunte

COMECE & Justice & Peace Europe

Teilen |
Agenda

> 17 juillet
Présentation par la Commission Européenne de son examen annuel des développements en matière de questions sociales et d'emploi en Europe. L’édition 2017 se concentrera sur la question de l’égalité intergénérationnelle.
 
> 24 juillet
Réunion du Conseil pour les affaires économiques et financière (ECOFIN) qui rassemblera les ministres des affaires économiques et des finances des Etats membres de l’UE. Les politiques économiques de l’UE, la taxation et la réglementation des services financiers seront les principales questions à l’ordre du jour.
 
> 17-18 juillet
Réunion du Conseil pour l’agriculture et la pêche à Bruxelles. Les ministres européens en charge de la pêche et de l’agriculture y discuteront des questions relatives à leurs domaines de compétence et notamment de la sécurité alimentaire, de la santé et du bien-être animal mais aussi de la santé végétale.
 
> 31 juillet – 11 août
Fermeture annuelle du siège de la COMECE à Bruxelles.
 
> 28 – 31 août
Réunion des commissions du Parlement Européen afin de préparer le travail législatif en vue de la session plénière du Parlement.

europeinfos

Monatliche Newsletter, 11 Ausgaben im Jahr
erscheint in Deutsch, Englisch und Französisch
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brüssel
Tel: +32/2/235 05 10, Fax: +32/2/230 33 34
e-mail: europeinfos@comece.eu

Herausgeber: Fr Olivier Poquillon OP
Chefredakteure: Johanna Touzel und Martin Maier SJ
© design by www.vipierre.fr

Hinweis: Die in europeinfos veröffentlichten Artikel geben die Meinung der Autoren wieder und stellen nicht unbedingt die Meinung der COMECE und des Jesuit European Office dar.
Darstellung:
http://europe-infos.eu/