Thursday 27. February 2020
#200 - janvier 2017

Comment se réengager vis-à-vis de la non-violence évangélique

Quelles pourraient être nos résolutions de Nouvel An en tant qu'Eglise pour donner vie au message pour la Journée mondiale de la Paix? La Secrétaire Générale de la Section britannique de Pax Christi, Pat Gaffney avance des propositions.

"Il est nécessaire de renouveler les instruments les plus adaptés et de concrétiser l’aspiration à la justice et à la paix des hommes et des femmes d’aujourd’hui en relançant le parcours de la non-violence, et en particulier de la non-violence active". Ces paroles sont tirées d'un message du pape François prononcé lors du rassemblement qui s'est tenu à Rome en avril 2016 sur le thème : "La non-violence et la paix juste : contribuer à la compréhension et à l'engagement des catholiques à l'égard de la non-violence", une rencontre organisée par Pax Christi International et par le Conseil Pontifical Justice et Paix.

 

Les riches possibilités offertes par la non-violence

J'étais l'une des modératrices de la rencontre et j'ai ressenti à ce titre la créativité des 80 participants venus du monde entier. Certains ont communiqué leurs expériences de vie au milieu de la violence et des conflits tandis que d'autres ont fait part de leur travail en matière d'intervention non-armée, de maintien de la paix, de plaidoyer et de guérison des traumatismes - des hommes et des femmes qui perfectionnent et renforcent les outils de la non-violence active et qui exhortent l'Eglise à ouvrir son esprit, ses ressources et à approfondir ces outils afin de prévenir et de transformer la violence dans notre monde.

 

Dans le message pour la 50e Journée mondiale de la Paix, en 2017, intitulé "La non-violence : style d'une politique pour la paix", nous voyons que le pape François a effectivement ouvert son esprit aux riches possibilités qu'offre une non-violence active.

 

Cette époque que nous vivons exige assurément de nous de redynamiser notre réflexion et notre imagination pour arriver à un nouveau style de politique. Nous devons nous accrocher à la vision d'une Europe tournée vers l'extérieur, faisant preuve de solidarité et défendant les droits de l'homme. Une Europe qui protège le bien-être de tous et qui résiste à la politique de fragmentation et de nationalisme qui voudrait fermer les frontières et ériger des murs. Sur le plan international, nous devons affirmer une mondialisation de la solidarité en opposition avec la mondialisation de la division que nous constatons dans les approches à l'égard de la sécurité, de la répartition des ressources et de la circulation des peuples.

 

L'éducation à la non-violence

Quelles pourraient être nos résolutions de Nouvel An en tant qu'Eglise pour donner vie au message pour la Journée mondiale de la Paix? L'éducation est un bon point de départ. Combien de nos écoles intègrent-elles l'éducation à la paix dans leur programme scolaire? Elles pourraient notamment enseigner les techniques de rétablissement de la paix : la résolution non-violente des problèmes, le règlement des conflits et le développement des capacités d'écoute. Elles pourraient également faire comprendre comment des institutions internationales telles que la Cour pénale internationale, les Nations Unies ou même l'Eglise plaident en faveur de la paix.

 

Un ami m'a récemment donné Explorons l'Europe, un outil destiné aux enfants et mis au point par l'Office des Publications de l'Union européenne. Je ne pense pas qu'il ait été utilisé dans de nombreuses écoles du Royaume-Uni et pourtant il fournit des éléments contextuels précieux pour comprendre la culture, la coopération et la prise de décisions de l'Union européenne, des éléments qui manquaient cruellement lors de notre récent référendum.

 

Il y a aussi la formation à la foi avec la possibilité de voir comment la non-violence évangélique peut être intégrée dans notre préparation sacramentelle et comment elle peut donc enraciner les expériences de vie dans nos valeurs spirituelles. L'étude de la non-violence courageuse de Jésus permettrait d'approfondir la compréhension de la non-violence active: Jésus qui enfreint les règles lorsqu'elles détruisent ou diminuent les autres ; Jésus qui absorbe la violence et qui accepte de plein gré de souffrir plutôt que d'infliger la violence à autrui. Nous pourrions également faire davantage pour célébrer la vie des artisans de paix contemporains au sein de nos communautés, en tirant les leçons de leur attitude et en valorisant la vocation au rétablissement de la paix.

 

Eviter la guerre mondiale par épisodes

Si nous voulons dépasser ce que le pape François appelle "la guerre mondiale par morceaux" ou par épisodes, il nous faut de l'imagination pour repenser la manière dont nous comprenons la notion de sécurité. Les véritables menaces pour la sécurité dans notre monde sont la pauvreté, le changement climatique, la migration imposée par les conflits et les cyber-menaces. Or, les budgets destinés à créer des économies sans carbone, à éradiquer la pauvreté et à favoriser les relations internationales risquent toujours de passer à la trappe.

 

Par contre, les budgets militaires sont protégés alors que les réponses militaires créent davantage de problèmes qu'elles n'en résolvent. La tendance va dans le sens d'un accroissement des dépenses militaires : tout récemment, la Commission européenne a proposé l'établissement d'un fonds pour l'acquisition d'équipements militaires et la recherche sur les armes dans le cadre de ses projets d'union européenne de la défense. De son côté, l'OTAN a augmenté le nombre annuel de ses exercices militaires et elle est occupée à réévaluer le rôle des scénarios nucléaires dans ses exercices de gestion de crises.

 

Le rôle de l'Eglise

Comment nos Eglises nationales s'occupent-elles de ces questions? Parlons-nous haut et fort lors de l'annonce de nos budgets nationaux, en contestant les montants indécents qui sont affectés aux dépenses militaires? Nous dressons-nous, comme le fait le pape François, contre l'industrie de l'armement et ceux qui en profitent financièrement? La guerre au Yémen, en Syrie ou en Irak est alimentée par des armes venues des Etats-Unis, de Russie et d'Europe.

 

Un bon point de départ serait d'examiner où nos communautés ecclésiales investissent leur argent, leurs fonds de pension, leurs économies, etc. Nous devrions soutenir le travail des Nations Unies qui cherchent à négocier un traité interdisant complètement l'armement nucléaire, en exhortant les 38 pays qui ont voté contre ces négociations à se rallier à cette cause, ce qui mettrait fin à la "logique de la peur et de la méfiance, incarnée par la dissuasion nucléaire".

 

Pat Gaffney

Secrétaire Générale de la Section britannique de Pax Christi depuis 1990

 

Consultez les Ressources élaborées par Pax Christi pour la Journée internationale de la Paix.

 

Version originale de l’article : anglais

 

FR- Les opinions exprimées dans europeinfos sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de la COMECE et du Jesuit European Office.

Teilen |
europeinfos

Published in English, French, German
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brussels
Tel: +32/2/235 05 10
e-mail: europeinfos@comece.eu

Editors-in-Chief: Martin Maier SJ

Note: The views expressed in europeinfos are those of the authors and do not necessarily represent the position of the Jesuit European Office and COMECE.
Display:
https://www.europe-infos.eu/