Thursday 27. February 2020
#200 - janvier 2017

Dix commandements pour l‘Europe

Le 1er septembre 2016 – pour ainsi dire comme prélude à la nouvelle saison politique –, Manfred Weber, le président du groupe du Parti populaire européen (PPE) au Parlement européen, a prononcé un discours très remarqué sur l’Europe à l’Académie catholique de Bavière, à Munich.

FILE - New Chairman of the EPP Group (European People's Party) in the European Parliament, Manfred Weber gives his first press conference after a meeting with European Council President van Rompuy, at the EU Parliament in Brussels, Belgium, 12 June 2

Les «Dix points sur l’affirmation de l‘Europe» forment le cœur de son discours. Ils semblent simples et comme allant de soi, tout en n’étant pas simplistes. Petit aperçu de ces dix points:

 

«L’unification européenne était autrefois le leitmotiv des incantations dominicales. Elle constitue aujourd’hui une réalité à succès dans de nombreux domaines. Toujours est-il que, pour l’Europe, la lune de miel est terminée. Dans de nombreux domaine, l’Union européenne fait maintenant partie du quotidien. Les citoyens européens se tournent vers Bruxelles parce qu’ils attendent qu’elle réponde aux grands problèmes qui se posent vraiment aujourd’hui. Nous ne pourrons préserver notre paix, notre prospérité, notre manière de vivre, de résoudre les problèmes, en bref le style de vie européen, que si nous parvenons à faire en sorte que l’Europe fonctionne mieux. Pour ce faire, il conviendra sans doute d’en passer par les Dix commandements suivants.

 

1- Réjouissez-vous enfin des réussites de l‘Europe. Avant l’unification européenne, notre continent était probablement le territoire au monde où la guerre avait fait le plus de ravages. La paix règne aujourd’hui. Néanmoins, le projet pacifique européen est encore loin d’être une évidence. À la table des négociations, l’Europe mise toujours sur la négociation et la recherche de solutions. Ne nous dissimulons pas ces réussites mais ne les tenons pas pour acquises.

 

 

2- Ne vous cantonnez pas égoïstement à une perspective nationale. L’Europe est plus que la somme des intérêts nationaux. Des solutions communes ne pourront être mises au point à temps qu’à la condition d’être solidaires les uns des autres et de nous mettre à la place de nos voisins. Si, avant d’agir, nous attendons que chaque problème ait frappé l’ensemble des États membres de plein fouet, il nous faudra toujours en subir les conséquences.

 

 

3- Respectez les règles. L’Europe est une communauté fondée sur l’Etat de droit et pas un «selfservice». Les règles doivent être respectées. La confiance est le fondement de toute vie commune.

 

 

4- Soyez ouverts au changement. Seul celui qui identifie suffisamment tôt les évolutions et y fait face avec ardeur, peut également les surmonter avec succès. Il nous faut, en Europe, sortir enfin de l’attitude passive où nous nous trouvons.

 

 

5- Assumez votre responsabilité. La démocratie, c’est la prise de parole et pas l‘évitement. À Bruxelles, aucune décision n’est prise si elle n’a pas été approuvée par les gouvernements nationaux. Ils ne doivent pas se contenter de lever la main lors des négociations à huis clos à Bruxelles pour, une fois rentrés à la maison, continuer de critiquer l‘Europe.

 

 

6- Faites enfin de l’Europe une démocratie parlementaire pleine et entière. Des représentants politiques élus, non des technocrates, doivent décider de l’avenir de l‘Europe. La capacité d’action doit être combinée à la légitimité démocratique. Cependant, cela n’est possible que si les citoyens peuvent se décider entre des options claires et bien définies.

 

 

7- Prenez la démocratie européenne au sérieux. Une démocratie parlementaire ne peut fonctionner que si elle a la capacité de travailler. Comme au Bundestag, nous devrions également éviter un fractionnement des partis au sein du Parlement européen. Nous avons aussi besoin d’un seuil électoral de 5 % accéder au Parlement européen.

 

 

8- Soyons des patriotes européens. Il n’est pas antinomique d’être un bon Bavarois, un bon Allemand ou un bon Européen, tout cela va ensemble. Il y a 40 ans déjà, Franz-Josef Strauß avait admis que l’État-nation était un anachronisme s’il ne comprenait pas que, dans un monde globalisé, c’est par l’Europe qu’il pourra rester fort.

 

 

9- Défendons les valeurs de l‘Europe. Veillons à ce que l’Europe ne perde pas son âme. L’Europe est plus qu’un mariage de raison ou qu’une communauté d’intérêts née de la nécessité. L‘Europe est bien plutôt une communauté de valeurs judéo-chrétiennes imprégnée de l’esprit des Lumières. Nous retirons notre véritable force de la compréhension que nous avons des valeurs liées à la conception chrétienne de l’être humain. Le modèle social européen issu de cette conception est un acquis européen unique qu’il convient de défendre.

 

 

10- Soyons fiers de l‘Europe. L‘Europe se caractérise par une très grande diversité culturelle, par la beauté de ses paysages et par sa créativité. Aucun autre continent n’a autant marqué l’époque actuelle dans le monde que notre Europe. La démocratie, l’État de droit et aussi notre mode de vie occidental ont des racines européennes.

Habitons l’Europe et ne nous contentons pas de l’administrer, nous pourrons alors relever les défis à venir et – en dépit de toutes les difficultés du quotidien – poursuivre avec succès la voie prise par l’unification européenne. Dans l’action, nous donnerons à l’Europe une vision, une justification et une acceptation nouvelles. Plus que jamais, l‘Europe garantit le maintien et le rétablissement de la souveraineté de ses citoyens et de la capacité d’action publique. L’Europe préserve l’autodétermination démocratique et l’affirmation de nos valeurs. L’Europe est notre assurance-vie dans un monde globalisé. Œuvrons ensemble pour que l’Europe et notre avenir soient une réussite.“

 

Manfred Weber, député au Parlement européen

Raccourcissement du texte d’origine et compilation des citations: Michael Kuhn, COMECE

 

L’intégralité du discours a été publiée dans: Zur Debatte. Themen der Katholischen Akademie in Bayern 6/2016, S. 2-4.

 

Version originale de l’article : allemand

 

 

FR- Les opinions exprimées dans europeinfos sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de la COMECE et du Jesuit European Office.

Teilen |
europeinfos

Published in English, French, German
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brussels
Tel: +32/2/235 05 10
e-mail: europeinfos@comece.eu

Editors-in-Chief: Martin Maier SJ

Note: The views expressed in europeinfos are those of the authors and do not necessarily represent the position of the Jesuit European Office and COMECE.
Display:
https://www.europe-infos.eu/