Sunday 12. July 2020
#135 - février 2011

 

2011 : Année Européenne des activités de volontariat


Près de 100 millions d'adultes sont engagés dans le bénévolat dans l’UE. Pour le soutenir, le Conseil de l’UE a décidé à la fin de l'année 2009 de déclarer 2011, Année européenne des activités de volontariat pour la promotion de la citoyenneté active.

 

« Une culture qui veut tout compter et tout payer, qui place le rapport entre les hommes dans une sorte de carcan de droits et de devoirs, fait l'expérience, grâce aux innombrables personnes engagées à titre bénévole, que la vie même est un don non mérité. » Ces paroles de Benoît XVI montrent la réelle contribution du volontariat à nos sociétés et est, comme l’a souligné Jean Paul II, « le témoignage de la valeur de la gratuité ».

 

Selon l’Etude sur le volontariat dans l’Union Européenne, il y aurait entre 92 et 94 millions d’adultes engagés dans le volontariat dans l’UE (près de 23% des Européens âgés de plus de 15 ans). L’Etude montre qu’il existe une corrélation positive entre le niveau d’éducation et la tendance au volontariat. Beaucoup d’activités et de services bénévoles comprennent la promotion de la cohésion sociale, ainsi que de l’inclusion et l’intégration sociale, qui sont à leur tour d’importants éléments de la politique sociale européenne. Cela joue un rôle majeur dans le renforcement de la société civile et de la démocratie. Même économiquement, le volontariat représente 1 à 2% du PIB en Belgique, en France, en Allemagne, en Irlande, au Luxembourg et en Espagne, plus de 2% aux Royaume-Uni, en Finlande et au Danemark, et entre 3 et 5% du PIB en Autriche, aux Pays-Bas et en Suède.

 

Le grand impact social du volontariat et ses bénéfices pour la citoyenneté active ont motivé l’adoption par le Conseil de sa décision du 27 novembre 2009 relative à l’Année Européenne des Activités de volontariat pour promouvoir la citoyenneté active (2011), rappelant la déclaration 38 relative au bénévolat, jointe à l’acte final du traité d’Amsterdam. Les termes "activités de volontariat" font référence à tous les types d’activités de volontariat, formelles, non formelles ou informelles, qui sont exercées par des personnes de leur plein gré, de leurs propre choix et motivation et sans objectif de gain financier. L’Article 165§1 du TFUE mentionne l’importance particulière du volontariat dans le secteur des sports en Europe (près de 10 millions de bénévoles sont actifs dans près de 700.000 clubs de sports dans l’UE)[i].

 

Les objectifs de l’Année Européenne du Volontariat (AEV) – financés par 8 millions d’euros – seront : créer un environnement favorisant le volontariat; donner aux organisateurs les moyens d’améliorer la qualité des activités de volontariat; développer la reconnaissance accordée aux activités de volontariat; et attirer l'attention sur l’importance du volontariat.

 

Les initiatives impliquées – avec la participation des organes de coordination locaux des Etats membres – comprennent des échanges d’expériences et de bonnes pratiques; la commande d’études et de recherches, notamment la diffusion des résultats; des manifestations et des conférences de sensibilisation; des initiatives concrètes organisées au niveau national pour promouvoir les objectifs de l’Année; des campagnes de promotion.

 

Conformément au mandat du TFUE (Art. 214§5), la Commission européenne a adopté le 23 novembre 2010 une Communication visant à établir un Corps volontaire européen d'aide humanitaire (EVHAC), dont l'objectif est d'établir un cadre pour des contributions communes des volontaires européens aux actions d'aide humanitaire de l'Union. « Avec ce nouveau Corps, beaucoup de nos citoyens deviendront les ambassadeurs de la solidarité européenne dans le monde », a déclaré la Commissaire Georgieva en novembre dernier.

 

Le volontariat, ‘un vrai signe des temps’, a toujours existé et fait partie de l’héritage culturel chrétien de la société. Comme l’affirmait l’Archevêque Cordes en 2002, il ne faut pas pour autant que « les gouvernements soient tentés de faire usage du service volontaire dans le but de se dégager de certaines responsabilités qui leur sont confiées par la loi »[ii]. Bien que le volontariat soit au cœur du message chrétien, ce n’est pas à l’Eglise, en tant que telle, de garantir le bien-être des citoyens mais un devoir de l’Etat et de la société.[iii] L’Eglise n’est pas une ONG et ne se confine pas non plus dans la catégorie humanitaire. Un des dangers largement répandus est la conviction que l’expérience des Chrétiens peut être substituée par les activités de bonne volonté : « le bénévole doit être en lien avec la personne du Christ ».[iv] Comme nous le rappelle Benoît XVI : « Dans les engagements dans le volontariat entre en jeu la dimension-clé de l'image chrétienne de Dieu et de l'homme: l'amour de Dieu et l'amour du prochain. »[v].

 

L’AEV devrait être le point de départ d’un futur Livre Blanc de la Commission sur le volontariat et d’un agenda politique général – lié à une éventuelle Année européenne du vieillissement actif (2012) -, qui constituerait une bonne opportunité de réhabiliter les groupes les plus vulnérables et de renforcer la protection juridique et sociale des jeunes volontaires.

 

 

José Luis Bazán

 


[i] Commission Européenne, Livre Blanc sur le sport, 11/07/2007.

[ii] Archevêque Paul Josef Cordes, Conclusions de la XXIVe Assemblée Plénière, Conseil Pontifical “Cor Unum”, Cité du Vatican, 8 février 2002, point 3.

[iii] Ibidem.

[iv] Ibidem.

[v] Benoît XVI, Rencontre avec le monde du volontariat, Vienne
, 9 septembre 2007.

 

Teilen |
europeinfos

Published in English, French, German
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brussels
Tel: +32/2/235 05 10
e-mail: europeinfos@comece.eu

Editors-in-Chief: Martin Maier SJ

Note: The views expressed in europeinfos are those of the authors and do not necessarily represent the position of the Jesuit European Office and COMECE.
Display:
http://www.europe-infos.eu/