Wednesday 21. August 2019

Intégration des réfugiés en Europe

La crise humanitaire recèle également de nombreuses opportunités. Dans une prise de position, le bureau européen pour l’éducation catholique des jeunes et des adultes appelle au développement de programmes et de conditions-cadres politiques de l’UE afin de soutenir l’intégration des réfugiés en Europe.

Avec l’immigration des réfugiés, l’Europe est actuellement confrontée à d’énormes défis. Cependant, si de bons concepts d’intégration et de participation sont élaborés à temps, la crise humanitaire pourrait aussi offrir de nombreuses opportunités. Beaucoup de chrétiens s’engagent actuellement dans diverses offres destinées aux réfugiés: elles vont du travail bénévole dans les diocèses aux cours de langue et d’intégration en passant par l’ouverture d’offres dans l’animation socio-éducative, ainsi que dans la formation professionnelle et l’éducation civique.

 

Mise en œuvre de règlements et directives de l’UE

Le régime d’asile européen commun est composé de la directive sur les procédures d’asile, de la directive relative aux conditions d’accueil, de la directive relative aux conditions que doivent remplir les demandeurs d’asile, du règlement Dublin III et du règlement Eurodac, qui régit la comparaison au niveau européen des empreintes digitales des demandeurs d’asile et des personnes sans permis de séjour. Mais comment l’intégration des réfugiés pourrait-elle au juste fonctionner si les États membres ne transposent pas suffisamment ce droit dans leur législation nationale?

 

Le 23 septembre 2015, la Commission européenne avait adopté 40 décisions d’ouverture d’une procédure d’infraction contre plusieurs États membres dans le cadre du régime d’asile européen. La directive relative aux conditions d’accueil (cf. directive 2013/33/UE) aurait dû être mise en œuvre avant le 20 juillet 2015. L’Allemagne également, avec 18 autres États membres, ne l’avait pas transposée à temps.

 

Le 10 février 2016, la Commission européenne a décidé d’adopter des avis motivés contre des États membres dans neuf procédures d’infraction pour ne pas avoir transposé les actes législatifs constituant le régime d’asile européen commun. Ces décisions concernent l’Allemagne (2 dossiers), l’Estonie, la Slovénie (2 dossiers), la Grèce, la France, l’Italie et la Lettonie.

 

Dans la directive relative aux conditions d’accueil sont définies des normes minimales communes pour l’accueil des personnes demandant la protection internationale dans les États membres. Celles-ci comprennent l’accès au logement, à la nourriture, aux soins de santé, à l’éducation et à l’emploi, ainsi qu’à des soins médicaux et psychologiques. La directive restreint également le placement en rétention des personnes vulnérables, dont les mineurs d’âge.

 

À l’article 14 de la directive relative aux conditions d’accueil est régie la scolarisation et l’éducation des mineurs. Si une demande de protection internationale a été introduite par un mineur, l’accès au système éducatif ne peut alors être reporté de plus de trois mois. À l’article 16 est, en outre, régie la formation professionnelle, et l’article 24 porte sur les conditions-cadres pour les réfugiés mineurs non accompagnés. Pour garantir l’intégration des réfugiés dans toute l’Europe, la directive relative aux conditions d’accueil doit avant tout être mise en œuvre de manière cohérente dans toute l’Europe.

 

Programmes de soutien de l’UE à l‘intégration des réfugiés

Des mesures d’intégration globales visant tous les domaines de l’intégration doivent rapidement être élaborées dans le cadre du principe de subsidiarité au niveau européen, fédéral, national et communal. Ce faisant, il est nécessaire que le droit de l’UE soit transposé par les États membres et que les programmes européens soient pleinement exploités. Il conviendrait également que des programmes tels que Erasmus +, le Fonds «Asile, migration et intégration» (AMIF), ainsi que le Fonds social européen (FSE) soient pris en considération dans le cadre de l’examen à mi-parcours du cadre financier pluriannuel 2014-2020 pour l’intégration des réfugiés d’un point de vue financier et développés en conséquence.

 

Des cours de langue doivent être rendus accessibles à tous les réfugiés, quel que soit leur statut dans la procédure d’asile. Bien qu’il faille rejeter les lieux d’hébergement collectifs de longue durée, il convient même là de garantir l’accès à l’éducation ainsi qu’aux cours de langues et d’intégration (en se fondant sur l’article 14 de la directive relative aux conditions d’accueil). Il importe notamment d’élaborer des offres dans l’éducation non formelle en matière de formation des jeunes et des adultes. L’éducation politique, dans le but de lutter contre l’extrémisme de droite, en fait partie. De la même façon, il est nécessaire de développer des programmes de qualification pour bénévoles, d’étendre les offres aux travaux en groupes, loisirs et rencontres interculturelles avec des réfugiés, ainsi que de créer une sécurité juridique.

 

Une autre proposition consiste à mettre en place une plateforme européenne d’échange d‘exemples de bonnes pratiques en matière d’intégration des réfugiés. Cette plateforme devrait être composée de commissaires de l’UE, de députés du Parlement européen, de ministres nationaux des affaires intérieures, de l’éducation, de la jeunesse et de l’emploi, ainsi que de représentants de l’Église, de la société civile, d’entrepreneurs, d’organisations syndicales et de la science. Toute l’Europe pourrait ainsi voir aboutir une mise en réseau renforcée dans le cadre de l’intégration des réfugiés.

 

Judith Wind-Schreiber

Directrice du bureau européen pour l’éducation catholique des jeunes et des adultes

 

D’autres propositions figurent dans le document de prise de position du bureau européen catholique pour l’intégration des réfugiés en Europe 

 

Version originale de l’article : allemand

Teilen |
europeinfos

Published in English, French, German
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brussels
Tel: +32/2/235 05 10
e-mail: europeinfos@comece.eu

Editors-in-Chief: Martin Maier SJ

Note: The views expressed in europeinfos are those of the authors and do not necessarily represent the position of the Jesuit European Office and COMECE.
Display:
https://www.europe-infos.eu/