Thursday 27. February 2020

La protection du patrimoine religieux en Europe

La FRH (Future for Religious Heritage - Avenir du Patrimoine religieux) est une association laïque sans but lucratif. C'est le seul réseau européen rassemblant des organisations caritatives, des services de conservation appartenant à des institutions gouvernementales, religieuses ou universitaires et d'autres professionnels travaillant à la protection de bâtiments du patrimoine religieux dans toute l'Europe. Une interview de Lilian Grootswagers, Secrétaire du Conseil du FRH.

Mme Grootswagers, comment les gens considèrent-ils en général le patrimoine religieux ?

 

Ils l'apprécient beaucoup, même s'il existe de nombreux points de vue différents. Les résultats d'une enquête que nous avons effectuée en 2014 dans 8 pays européens font apparaître qu'une majorité écrasante d'Européens - qu'ils aient ou non une appartenance religieuse - sont fortement attachés à leur patrimoine religieux et veulent qu'il soit préservé pour les générations futures. Plus spécifiquement, 84% des Européens considèrent que les églises et les bâtiments religieux font partie de leur patrimoine culturel ; 79% estiment que la préservation et la protection des églises et autres bâtiments religieux sont d'une importance cruciale pour la vie de leur communauté, aujourd'hui ou à l'avenir ; en outre, 87% sont convaincus que les églises et les bâtiments religieux devraient être ouverts aux visiteurs lorsqu'ils contiennent des trésors architecturaux ou artistiques.

 

Qu'est-ce que le patrimoine religieux ?

 

Le patrimoine religieux de l'Europe est l'un des piliers de l'identité culturelle européenne. On compte 400.000 bâtiments religieux (cathédrales, églises, chapelles, monastères, couvents, synagogues, mosquées) avec leur contenu (mobilier, monuments, sculptures, peintures, fresques, argenterie, habits liturgiques, bibliothèques) et tous les architectes, les artistes et les musiciens qu'ils ont inspirés au cours des siècles : ce sont les annales de diverses histoires nationales, locales et individuelles remontant à plus de 1000 ans et ces bâtiments constituent une partie essentielle et tout à fait unique de l'identité culturelle de l'Europe.

 

Un rapport adopté en 2015 par le Parlement européen indique que "le patrimoine religieux constitue une part immatérielle du patrimoine culturel européen" et que "le patrimoine religieux historique doit être conservé pour sa valeur culturelle, indépendamment de la confession religieuse qui lui a donné naissance". Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'un véritable plan concernant le patrimoine religieux au niveau européen afin de veiller à ce que ces bâtiments historiques et leur intérieur puissent être conservés pour faire partie de notre avenir.

 

Quelles sont vos principales préoccupations à l'égard du patrimoine religieux?

 

De nombreux lieux de culte souffrent aujourd'hui en Europe d'être mal entretenus ou laissés à l'abandon dans un monde marqué par la sécularisation et les restrictions en matière de dépenses publiques. L'amenuisement des congrégations religieuses, les difficultés financières et le manque de connaissances spécialisées au sujet de la préservation des bâtiments et des trésors qu'ils renferment sont des facteurs qui contribuent tous à la perte imminente d'une série considérable de témoignages de l'histoire humaine et de son patrimoine immatériel. D'importants changements structurels devront être effectués si l'on veut que ce patrimoine, déjà menacé par exemple par le déclin des congrégations religieuses et la compression des dépenses publiques, puisse s'adapter avec succès aux défis du 21ème siècle.

 

Que peut faire l'Union européenne pour le patrimoine religieux?

 

Les défis auxquels est confronté le patrimoine religieux sont complexes, les buts de ses multiples parties prenantes sont d'une grande diversité et l'on constate un manque général d'informations crédibles sur lesquelles s'appuyer pour élaborer dans ce secteur une politique tournée vers l'avenir. Compte tenu de tous ces éléments, il est nécessaire de mettre en place un projet de recherche qui démontre la valeur culturelle, économique et sociale de ce patrimoine et, ce qui est plus important encore, qui permette d'identifier les changements nécessaires en matière d'organisation pour aider ce riche patrimoine à s'adapter avec succès aux contraintes du 21ème siècle.

 

La sensibilisation est également un point important. La proposition de faire de 2018 l'Année européenne du Patrimoine culturel nous donne l'occasion d'attirer l'attention sur l'importance économique et sociale du patrimoine religieux et aussi sur les menaces auxquelles il est confronté aujourd'hui. La FRH et nos membres dans toute l'Europe se réjouissent de contribuer activement à cette initiative.

 

Quel est l'impact de la technologie sur le patrimoine religieux et le tourisme ?

 

En fait, les technologies nouvelles sont un puissant moteur qui augmente le potentiel du secteur du patrimoine religieux. Les ressources numérisées peuvent améliorer l'expérience des visiteurs en fournissant un contenu éducatif, des documentaires et des applications touristiques. La FRH a pris l'initiative de mettre au point Religiana, un outil en ligne qui fournit à un large public des renseignements pratiques et des informations de fond sur les bâtiments religieux. Cet outil est facile à utiliser et sa conception est d'un niveau international. Il aide les gérants de ces bâtiments à promouvoir leur utilisation sur le plan des communautés locales et, de façon générale, à promouvoir le tourisme religieux. A l'heure actuelle, Religiana existe en version pilote au Royaume-Uni, en France, en Belgique et aux Pays-Bas et nous sommes sur le point de l'étendre à d'autres pays et d'autres régions.

 

Les pèlerinages font-ils partie du patrimoine religieux ?

 

Oui, tout à fait. Notre prochaine conférence, intitulée "Touristes, voyageurs et pèlerins : à la rencontre du patrimoine religieux dans l'Europe d'aujourd'hui", aura lieu à Vicenza du 9 au 11 novembre de cette année et examinera le thème du pèlerinage dans son acception traditionnelle et son acception moderne. Cette rencontre servira aussi d'exemple quant à la manière de susciter l'intérêt et l'implication personnelle en matière de patrimoine religieux. Nous sommes très fiers du programme d'une grande diversité que nous avons pu élaborer, et notamment des intervenants appartenant à de multiples domaines de compétence. Il y aura également des forums de discussion libre pour les participants et la présentation d'études de cas sur le terrain, réalisées à Vicenza, Vérone et Venise. Vos lecteurs sont les bienvenus à la conférence !

Interview réalisée par Johanna Touzel

COMECE

 

L'association Future for Religious Heritage est installée à Bruxelles et compte actuellement 133 membres dans 37 pays.

 Version originale de l’article : anglais

 

Les opinions exprimées dans europeinfos sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de la COMECE et du Jesuit European Office.

Teilen |
europeinfos

Published in English, French, German
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brussels
Tel: +32/2/235 05 10
e-mail: europeinfos@comece.eu

Editors-in-Chief: Martin Maier SJ

Note: The views expressed in europeinfos are those of the authors and do not necessarily represent the position of the Jesuit European Office and COMECE.
Display:
https://www.europe-infos.eu/