Wednesday 3. June 2020
#215 - Mai 2018

La robotisation et l'avenir du travail

A l’heure actuelle, la quatrième révolution industrielle va profondément modifier les formes d'emploi. L'évolution en matière d'intelligence artificielle, de robotique, d'automatisation, d’algorithmes informatiques, de technologies numériques et émergentes vont remodeler le travail à l'avenir.

Lorsqu’on évoque l'impact de la robotisation sur l'avenir du travail, le débat est souvent polarisé entre ceux qui prévoient des opportunités illimitées et au contraire ceux qui prévoient un déplacement massif des emplois. Il est nécessaire de conserver une distance critique vis-à-vis de la fascination comme des craintes infondées concernant l'impact technologique sur le marché du travail. Mais une chose est claire : le phénomène de la "robotisation/numérisation du travail" nécessite une orientation morale. Il s'agit en effet d'optimiser la sécurité, de préserver le bien commun, de protéger les droits des travailleurs, d'intégrer ce phénomène dans les normes sociales et d'encourager la confiance publique. Les préoccupations éthiques centrales de la Charte des Droits fondamentaux de l'Union européenne et du Socle européen des droits sociaux en ce qui concerne la dignité humaine, l'autonomie, la justice sociale et la solidarité pourraient offrir un horizon moral adéquat pour évaluer les défis émergents et l'impact considérable de la robotisation sur l'avenir du travail.

 

Dignité humaine

La substitution de la technologie à un travail dangereux ou fastidieux a certes une valeur éthique et elle a l’avantage d’offrir aux êtres humains davantage d'opportunités pour leur accomplissement personnel, leur contribution à la société et leurs loisirs. Mais le remplacement du travail humain par les machines représente en même temps une menace à l'égard de la dignité humaine. La Déclaration universelle des droits de l'homme affirme en son article 23 que "toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage". Chaque personne a un besoin fondamental de travailler, car c'est un moyen d'épanouissement personnel ainsi que l'occasion de transformer l'environnement, d'apporter sa contribution à la société et d’entrer en relation avec autrui. Le chômage engendré par des robots autonomes constitue une menace pour la dignité humaine; en effet, un travail décent est nécessaire à l'épanouissement personnel, à la sécurité et à l'évolution pacifique de la société. En fait, sans travail il n'y a pas de dignité humaine.

 

Autonomie

Alors que la robotisation est destinée à renforcer notre autonomie personnelle et nos capacités (tant cognitives que physiques), elle peut aussi accroître notre vulnérabilité et réduire notre liberté. Dans certains domaines spécifiques, la robotisation peut se substituer à notre processus décisionnel, influencer notre mode de vie et contrôler notre manière d'agir. Ce phénomène de "paternalisme technologique", "d'addiction robotique/numérique" ou de "délégation technologique" est l'une des causes inquiétantes de dépendance, dans un avenir proche, vis-à-vis des robots dans la vie de tous les jours, sur notre lieu de travail et au délà. Les êtres humains manifestent leur autonomie par une conscience critique et la prise de décisions responsables. Lorsque la robotique diminue nos capacités cognitives et dilue la responsabilité, la dignité humaine est sérieusement compromise en raison de la perte de son pouvoir d'auto-détermination.

 

Justice sociale

Le travail et l'emploi sont des moyens fondamentaux d’accéder à la sécurité économique, l'épanouissement personnel et l'inclusion sociale. La justice est l'une des principales valeurs en jeu, car le chômage engendré par la robotique est intrinsèquement une forme d'inégalité. La "technologisation" du travail crée de nouvelles catégories d'êtres humains vulnérables ("la vulnérabilité technologique") à cause de leur analphabétisme numérique et de leur exclusion du monde du travail. La "fracture technologique" est un problème qui doit être remédié par des programmes de formation et de reconversion professionnelle; les travailleurs pourront ainsi être dotés des compétences numériques nécessaires à l'obtention d'un travail digne à l'ère de la robotique. Il faut garantir l'accès alternatif à l'emploi – du moins temporairement – pour préserver l'inclusivité sur le marché du travail, et donc pour protéger les travailleurs de la discrimination.

 

Solidarité

A l'ère de l'automatisation de l'emploi, l'une des principales formes de solidarité est la sécurité sociale. Or, il y a une nécessité éthique de plus en plus pressente à fournir une protection socio-économique aux personnes particulièrement vulnérables en raison de l'incertitude, de la flexibilité et de la fluidité du travail. La perte substantielle d'emplois rémunérés existants aura très probablement pour conséquence un manque de sources de revenus et de moyens financiers pour établir un système durable de couverture sociale. En outre, le fossé entre les riches et les pauvres va se creuser car moins de travailleurs participeront directement, sur le plan économique et social, à un processus plus efficace et plus efficient de création de valeur ajoutée. Les pressions qui pèsent sur l'Etat-providence et sur les régimes de sécurité/protection sociale, qui ont jusqu'à présent été financés par le travail, constituent une source de préoccupation importante qu’il faut traiter. L'économie sociale et solidaire promeut la création et le maintien d'un travail décent en fournissant des emplois stables et de qualité et en intégrant les travailleurs défavorisés sur le marché du travail.

 

Espérons que l'évolution des formes d'emploi due à l'automatisation et à la robotique contribuera véritablement au bien-être des générations présentes comme des générations futures.

 

Emmanuel Agius

Doyen de la Faculté de théologie de l'Université de Malte et membre du Groupe européen d'éthique des science et des nouvelles technologies (GEE)

 

Version originale de l’article : anglais

 

FR- Les opinions exprimées dans europeinfos sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de la COMECE et du Jesuit European Social Centre.

Teilen |
europeinfos

Published in English, French, German
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brussels
Tel: +32/2/235 05 10
e-mail: europeinfos@comece.eu

Editors-in-Chief: Martin Maier SJ

Note: The views expressed in europeinfos are those of the authors and do not necessarily represent the position of the Jesuit European Office and COMECE.
Display:
http://www.europe-infos.eu/