Thursday 12. December 2019

Le pape François et la charité européenne

En rendant visite aux réfugiés présents sur l’île de Lesbos, le pape François a donné un signal humanitaire et en a appelé à la charité des Européens.

En été 2013, premier voyage à l’extérieur de Rome sur l’île de Lampedusa; en février 2016, célébration de la Messe à Ciudad Juárez le long de la clôture de barbelés qui sépare le Mexique des États-Unis; le 16 mars 2016, visite aux réfugiés arrivés sur l’île de Lesbos: le pape François parvient toujours, grâce à des actions symboliques, à attirer l’attention de l’opinion mondiale sur la souffrance et la misère des 60 millions de réfugiés recensés dans le monde.

 

La rencontre concrète d’environ 300 réfugiés et l’attention accordée à leur sort et à leur histoire ont marqué le moment le plus important de la visite à Lesbos. Dans le discours qu’il a tenu dans le port de Mytilène, le pape s’est certes montré sensible aux préoccupations des hommes et des femmes en Europe face à l’ampleur de la crise des réfugiés, qu’il a décrite comme la plus grande catastrophe humanitaire depuis la Deuxième Guerre mondiale. Toutefois, selon lui, «il ne faut jamais oublier que les émigrants, avant d’être des numéros, sont des personnes, sont des visages, des noms, des histoires».

 

On pourrait entendre l’appel à l’«esprit de fraternité, de solidarité et de respect pour la dignité humaine», qui a marqué la longue histoire du continent européen, comme un reproche implicite au refus de nombre de pays de l’UE, au fond, d’accueillir des réfugiés sur leur sol. L’Europe est «la patrie des droits de l’homme, et quiconque met le pied sur le sol européen devrait pouvoir le percevoir.» Or, un malaise est ici perceptible à l’égard de l’accord UE-Turquie sur les migrants.

 

Le pape a rappelé l’épisode du Bon Samaritain dans l’Evangile, qui voit un homme grièvement blessé sur son chemin et s’arrête sur-le-champ pour lui porter secours. Il a interprété cette histoire comme la parabole de la miséricorde divine et, en même temps, comme une invitation à être miséricordieux envers les personnes dans le besoin. Il a expressément appelé les Européens à faire preuve de charité face à la détresse des réfugiés.

 

La dimension œcuménique de la visite a suscité un très vif intérêt: Bartholomée, le patriarche orthodoxe de Constantinople, et Jérôme II, archevêque d’Athènes et primat de l’Église orthodoxe de Grèce, accompagnaient le pape. La sollicitude commune envers les réfugiés favorise naturellement l‘œcuménisme. Dans une déclaration commune, les trois chefs spirituels ont invité la communauté internationale à répondre à la crise humanitaire par des initiatives diplomatiques, politiques et caritatives et à travers le déploiement d’efforts communs au Proche-Orient comme en Europe. Il s’agit de défendre les droits de l’homme fondamentaux, de protéger les minorités, de lutter contre la traite des êtres humains et le trafic de clandestins et de promouvoir des procédures de relocalisation sécurisées.

 

Le pape a ainsi lancé un signe fort en ramenant dans l’avion de retour à Rome trois familles de réfugiés musulmans avec six enfants. Il lui a été objecté qu’il a ainsi offert une perspective d’avenir à 12 personnes, mais en en laissant 2.988 sans espoir. Cependant, un journaliste allemand a fait le calcul suivant: pour les 800 habitants du Vatican, ce chiffre correspond proportionnellement au 1,2 million de réfugiés qui ont été accueillis en Allemagne.

 

Autre interprétation de ce geste, le pape a donné un exemple pratique en faveur d’un couloir humanitaire. Depuis un certain temps déjà, plusieurs mouvements d’Eglise interviennent dans ce sens, dont la communauté de Sant´Egidio, l’Église évangélique d’Italie et les Vaudois en coopération avec le gouvernement italien. Dans le cadre d’un projet pilote initié en mars 2016, au total 1000 réfugiés africains et syriens en grand danger arriveront en Europe en toute sécurité. Il reste à espérer que ce sera un modèle pour d’autres pays européens.

 

Martin Maier SJ

JESC

 

Version originale de l’article : allemand

Teilen |
europeinfos

Published in English, French, German
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brussels
Tel: +32/2/235 05 10
e-mail: europeinfos@comece.eu

Editors-in-Chief: Martin Maier SJ

Note: The views expressed in europeinfos are those of the authors and do not necessarily represent the position of the Jesuit European Office and COMECE.
Display:
http://www.europe-infos.eu/