Monday 25. May 2020
#194 - Juin 2016

Il est temps d'avoir une authentique politique européenne de paix

L'une des tâches les plus urgentes de l'Union européenne, maintenant cernée par toute une série de conflits à ses frontières, est d'adopter une solide Stratégie globale pour sa politique étrangère et de sécurité.

Des conflits violents à nos portes, l'instabilité politique qui domine chez nos pays voisins, la propagation d'un extrémisme violent et l'augmentation de l'inégalité économique et de l'injustice sociale dans de nombreuses régions du monde ne sont que quelques-uns des exemples qui constituent un défi spécifique pour l'Union européenne et pour son rôle sur la scène internationale aujourd'hui. Dans plusieurs cas, l'efficacité de l'action extérieure de l'Union européenne a été obérée par le manque d'unité entre ses Etats membres. Le Service européen d'action extérieure (SEAE), mis sur pied en 2011 pour être l'organe diplomatique de l'Union, n'est pas encore suffisamment coordonné avec les autres institutions européennes. Ces événements ne montrent que trop que l'action extérieure de l'Union européenne a plus que jamais besoin d'une orientation stratégique.

 

La décision prise en juin 2015 par le Conseil européen de charger la Haute Représentante de l'Union pour la Politique étrangère et de sécurité, Mme Federica Mogherini, de préparer une Stratégie européenne globale d'ici un an en vue de remplacer la Stratégie de 2003 maintenant dépassée en matière de sécurité, a été saluée par beaucoup comme étant un important pas en avant. A quelques jours du prochain Sommet européen prévu à la fin juin, on continue néanmoins de se demander jusqu'à quel point les 28 chefs d'Etat et de gouvernement voudront bien accepter que la politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne soit ambitieuse.

 

Elaborer une authentique politique européenne de paix

Selon l'Eglise, la paix "ne se réduit pas à une absence de guerre" (pape Paul VI, Populorum progressio); la construction de la paix nécessite avant tout l'établissement d'un ordre régi par les principes de "vérité, justice, charité et liberté" (pape Jean XXIII, Pacem In Terris).

 

Si l'on applique ces principes au cas de l'Union européenne, ceci implique que l'Union devrait rassembler ses différents instruments politiques de grande envergure, tant intérieurs qu'extérieurs, pour élaborer une authentique politique de paix, allant bien plus loin que l'étroit mandat de la politique de sécurité traditionnelle des Etats.

 

Pour cela, il faudrait tout d'abord adopter une série de mesures prospectives globales, destinées à construire la paix de façon préventive. L'Union européenne devrait renforcer les outils diplomatiques de paix et intensifier les efforts de médiation afin d'aboutir à un règlement politique des conflits violents. En redoublant d'efforts dans la gestion post-conflit et en soutenant à long terme les processus de réconciliation, l'Union pourrait apporter une contribution importante au succès de la transition vers des sociétés en paix dans les régions touchées par des crises.

 

L'Union européenne est également bien placée pour conduire les efforts de consolidation de la paix par l'intermédiaire de la justice. Dans ce contexte, l'Union doit promouvoir activement les droits de l'homme et se servir de ses outils politiques respectifs de façon cohérente. Les instruments de la politique de développement et de commerce peuvent devenir de véritables moteurs de la justice socioéconomique en habilitant les pays tiers et leurs ressortissants à devenir des acteurs de leur propre développement et en aidant les pays en développement à s'intégrer progressivement dans l'économie mondiale. Suite à l'adoption de l'Accord de Paris sur le climat, l'Union européenne et ses Etats membres doivent respecter leurs engagements écologiques et s'occuper aussi de façon adéquate des questions de sécurité énergétique et d'efficacité énergétique.

 

Les récents appels à regrouper plus efficacement les capacités européennes de sécurité et de défense, ce qui - selon un certain nombre d'études - pourrait permettre d'éviter de faire double emploi et de conduire à d'importantes économies en matière de dépenses militaires, méritent que l'on procède avec soin à une nouvelle évaluation. Mais en même temps, une stratégie globale de désarmement, y compris dans le domaine nucléaire, en vue de réduire systématiquement les arsenaux militaires en Europe et dans le monde, devrait faire partie intégrante de la politique de sécurité et de défense commune. Un autre défi important à cet égard, ce sont les lacunes au niveau du contrôle des exportations d'armes, qui demandent des cadres réglementaires plus efficaces et plus cohérents ainsi qu'une mise en œuvre adéquate.

 

Les évêques de la COMECE ont adopté lors de leur dernière Assemblée plénière de printemps, en mars 2016, un rapport sur "La vocation de l'Europe à promouvoir la paix dans le monde", qui constituera leur contribution aux préparations de la Stratégie globale de l'Union européenne. Ce rapport a été bien accueilli par la Haute Représentante, Mme Mogherini, en avril dernier. Celle-ci a notamment souligné la contribution tout à fait unique que peut apporter l'Eglise catholique à la mission de l'Union européenne en matière de consolidation de la paix, compte tenu des réseaux dont dispose l'Eglise dans le monde entier et du large public qu'elle touche dans la société, que ce soit dans le domaine de la prévention des conflits, de la réconciliation ou de la fourniture d'une aide au développement ou d'une aide humanitaire. Ce rapport sera présenté à un plus large public au mois de juin.

 

Il reste à espérer que lors du prochain Conseil européen, les Etats membres fassent preuve de leadership et saisissent l'occasion de ce moment historique de crise pour faire progresser le rôle de l'Union européenne dans la promotion de la paix dans le monde.

Marek Mišák

COMECE/Justice&Paix Europe

 

Version originale de l’article : anglais

Teilen |
europeinfos

Published in English, French, German
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brussels
Tel: +32/2/235 05 10
e-mail: europeinfos@comece.eu

Editors-in-Chief: Martin Maier SJ

Note: The views expressed in europeinfos are those of the authors and do not necessarily represent the position of the Jesuit European Office and COMECE.
Display:
http://www.europe-infos.eu/