Freitag 15. Dezember 2017
#194 - Juin 2016

Valeurs superficielles

Ces derniers temps, un terme fait fureur dans le langage politique et médiatique européen : « les valeurs ». Mais de quoi parle-t-on au juste ?

epa04761861 President of the European Council Donald Tusk (L-R), President of the European Parliament Martin Schulz and President of the European Commission Jean-Claude Juncker during arrivals at Eastern Partnership Summit in Riga, Latvia, 22 May 201

A Bonn se tiendra mi-juin le Global Media Forum et il s’intitule cette année « Media. Freedom. Values ». Le 4 mai dernier a été inaugurée à Bruxelles une chaire universitaire des « valeurs européennes. » En ce rendant au Vatican le 6 mai, les Présidents de la Commission et du Parlement européen, Jean-Claude Juncker et Martin Schulz, s’exclamaient dans une tribune commune « L’âme de l’Europe, ce sont ses valeurs ». Mais de quelles valeurs parle-t-on au juste ?

 

La charte européenne des droits fondamentaux, entrée en vigueur en 2009, avait défini l’ensemble des droits des citoyens européens articulés autour de quatre valeurs : Dignité humaine, Liberté, Égalité et Solidarité. Ces valeurs se retrouvent à l’article 2 du Traité de Lisbonne (TUE). En 2007, un Comité des sages avait été mandaté par la COMECE pour identifier les valeurs européennes et leur dimension éthique dans le projet européen : Paix et Liberté ; Rapprochement des Peuples ; Puissance et Responsabilité ; Diversité, Subsidiarité et Différenciation ; etc. Ce document, qui a presque dix ans, était prophétique.

 

Mais est-il suffisant de définir les valeurs par le haut, par des dirigeants ou par une charte ? Comment les citoyens se servent-ils concrètement de cette échelle de valeurs pour « é-valuer » leurs dirigeants ou les orientations politiques à suivre ? Pour ne prendre que l’exemple du choix de nos représentants politiques, il semble que les électeurs accordent aujourd’hui plus de « valeur » à l’image, à la capacité oratoire et aux promesses d’un candidat qu’à son intégrité et à son honnêteté.

 

Commençons par prendre conscience de l’échelle de valeurs qui sous-tend nos choix de vie et de citoyens. Demandons ensuite aux décideurs politiques et économiques de cesser de proclamer des « valeurs-slogans », pendant que certains d’entre-eux mettent à l’abri leurs « valeurs financières » au Panama. C’est sans doute de ce décalage entre valeurs proclamées et valeurs vécues qu’est née la crise que traverse notre Europe actuellement.

 

La discussion sur les valeurs est finalement un débat statique. Au point où nous en sommes, il ne nous aide pas à avancer. Le Pape François l´a bien mis en lumière. Dans son discours de réception du Prix Charlemagne, il s’est gardé de toute leçon de morale aux décideurs européens. Au contraire, le technicien en chimie qu’est Jorge Bergoglio a mis l’accent sur les processus à mettre en marche, sur l’ingénierie du renouveau, résumés dans les capacités de dialoguer, d’intégrer, de générer. « Armons nos gens de la culture du dialogue et de la rencontre. » Des outils, des capacités, des talents dont le Pape François rêve que les Européens s’équipent, réunis en « coalition ». C’est sur les champs de bataille de la créativité et de l’innovation qu’il voudrait voir les Européens se lancer dans de nouvelles conquêtes.

 

Enfin pour ce qui est de l’attitude, François nous invite à descendre de notre piédestal européen - et sans doute aussi d’une discussion abstraite sur les valeurs - pour adopter « une utopie saine et humaine » « sans vaine nostalgie » qui nous aide à construire un « nouvel humanisme européen ». Cet humanisme, il le décrit longuement dans le dernier paragraphe de son discours : en quelques phrases simples et concrètes, le Pape François nous dit que les visages comptent plus que les chiffres et que l’ « être » doit prendre le dessus sur « l’avoir ». Une invitation à ne pas rester à la surface de mots.

Johanna Touzel

COMECE

Teilen |
europeinfos

Monatliche Newsletter, 11 Ausgaben im Jahr
erscheint in Deutsch, Englisch und Französisch
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brüssel
Tel: +32/2/235 05 10, Fax: +32/2/230 33 34
e-mail: europeinfos@comece.eu

Herausgeber: Fr Olivier Poquillon OP
Chefredakteure: Johanna Touzel und Martin Maier SJ
© design by www.vipierre.fr

Hinweis: Die in europeinfos veröffentlichten Artikel geben die Meinung der Autoren wieder und stellen nicht unbedingt die Meinung der COMECE und des Jesuit European Office dar.
Darstellung:
http://europe-infos.eu/