Sonntag 19. August 2018
#216 - Juin 2018

"Vous serez mes témoins"

C'est le grand thème de l'Assemblée Générale organisée par la KEK (Conférence des Eglises européennes) du 31 mai au 6 juin à Novi Sad, en Serbie. Interview du Secrétaire Général de la KEK, Fr Heikki Huttunen.

Quels sont le rôle et la mission de la KEK ?

 

La Conférence des Eglises européennes (KEK) est une organisation œcuménique, ce qui veut dire que le socle de notre affiliation est œcuménique. Nos membres sont des Eglises qui peuvent s'identifier dans la foi en Jésus Christ Seigneur et Sauveur selon les Ecritures et qui sont désireuses de travailler pour la gloire de Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, qui sont les fondamentaux de la foi chrétienne. C'est là le dénominateur commun de nos membres.

 

Le but et l'objectif de notre organisation est l'unité visible de l'Eglise du Christ. Nous sommes convaincus que grâce à notre foi commune, enracinée dans l'Evangile (vision œcuménique), en poursuivant notre objectif commun de réaliser l'unité de l'Eglise du Christ, nous pouvons témoigner et être au service de l'humanité tout entière avec efficacité et crédibilité.

 

Nous croyons que notre témoignage et notre service de chrétiens gagnent en crédibilité, en pertinence, en utilité et en efficacité lorsqu'ils se font sur un mode œcuménique. Nous croyons que les Eglises chrétiennes constituent une famille, en dépit de leurs différences. Et nous croyons que nous avons tous quelque chose à apprendre les uns des autres.

 

Comment la KEK gère-t-elle l'équilibre et la diversité entre ses membres de l'est et de l'ouest de l'Europe, ses membres protestants et orthodoxes ou ses membres anglicans ?

 

Nous avons 115 Eglises membres dans 40 pays, qui appartiennent notamment aux traditions anglicanes, protestantes et orthodoxes. Ce sont des Eglises d'une grande diversité. Notre réseau comporte aussi les Conseils nationaux d'Eglises dans près de 20 pays, dont fait partie l'Eglise catholique.

 

Les équilibres que nous prenons en compte sont liés à nos traditions ecclésiales ainsi qu'à la représentation des hommes et des femmes, des jeunes et des personnes plus âgées. Dans notre travail, il est tout à fait essentiel de maintenir ces équilibres. Nous nous efforçons de ne pas uniquement parler au nom d'un seul type d'Eglise et d'expérience chrétienne.

 

Même si nous essayons de créer des équilibres, le narratif dominant est souvent, dans notre région, le narratif occidental européen. Nous avons observé que les Européens du sud et de l'est du continent se sentent souvent laissés pour compte et marginalisés. Même dans le nord d'où je viens, ce n'est pas la même chose qu'à l'ouest. Mais la question se pose de savoir où donc il faudrait avoir un équilibre entre les voix de tous, si ce n'est au sein du mouvement œcuménique. C'est vraiment une tâche cruciale d'avoir une approche inclusive. Nous y pensons constamment.

 

Quels résultats attendez-vous de l'Assemblée Générale de Novi Sad ?

 

Nous attendons de l'Assemblée Générale 2018 de Novi Sad qu'elle s'exprime et se prononce sur l'avenir de l'Europe. Le thème de l'Assemblée Générale, "Vous serez mes témoins" sera exploré en profondeur en Serbie du 31 mai au 6 juin, en se concentrant sur les sous-thèmes de justice, de témoignage et d'hospitalité.

 

J'espère personnellement que les intervenants de haut niveau qui prendront la parole à l'Assemblée pourront inspirer et interpeller les délégués et les participants dans le cadre de la discussion sur l'essence de la présence chrétienne en Europe. Ces débats auront une valeur propre et ils influenceront et nourriront les décisions que nous devrons prendre au sujet de l'avenir de la KEK. Des priorités pour le travail de la KEK au cours des cinq prochaines années en découleront. Il y aura aussi des élections au Comité Directeur et aux différents postes de président. Toutefois, c'est surtout l'orientation que l'Assemblée de Novi Sad imprimera au travail de la KEK qui sera le plus important.

 

Quels sont les principaux défis pour la KEK au cours du prochain mandat ?

 

En tant qu'organisation œcuménique, nous devons redéfinir notre rôle vis-à-vis des Eglises et convaincre nos Eglises membres de notre utilité. Nous ne sommes pas une entité qui va de soi, nous devons donc être pertinents et continuer d'avoir une production dans laquelle les Eglises se sentent impliquées. Nous sommes une organisation de service, structurellement différente des Eglises qui existent par elles-mêmes. C'est le défi interne qui est le nôtre.

 

Les élections européennes attireront l'attention sur notre région, en particulier à un moment où le Royaume-Uni quitte l'Union européenne et où certains autres pays cherchent à y entrer. Les valeurs et les objectifs du Projet européen sont-ils encore clairs ? Nous percevons certains signes qui pointent dans le sens d'une conviction : celle de la nécessité de rester ensemble et de construire un avenir pour l'Europe comme région du monde de façon responsable. Le retour du nationalisme et des extrémismes de toutes sortes est une source de préoccupation majeure. J'espère que nos Eglises membres peuvent jouer un rôle prépondérant dans le traitement de ces problèmes dans leur pays. Nous devons lutter contre le nationalisme, le racisme et les phénomènes que nourrit un populisme démagogique. La position des Eglises doit représenter une alternative à cette réalité.

 

Les politiques que nous avons en Europe influencent nos voisins. C'est pour cela que l'incapacité de l'Europe à apporter la paix ou la stabilité dans des zones comme la Libye, la Syrie, l'Irak ou l'Ukraine est extrêmement inquiétante. Une question importante sur laquelle nous devons délibérer en tant qu'Eglises, c'est de savoir si la politique européenne témoignera d'une prise de conscience plus importante des dimensions internationales. Sinon, la station suivante est la perdition. Du point de vue environnemental, nous devons aussi jouer notre rôle en prenant nos responsabilités vis-à-vis du monde entier.

 

 

Une interview réalisée par Johanna Touzel

 

 

Version originale de l’article : anglais

 

FR- Les opinions exprimées dans europeinfos sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de la COMECE ni du Jesuit European Social Centre.

 

Teilen |
europeinfos

Monatliche Newsletter, 11 Ausgaben im Jahr
erscheint in Deutsch, Englisch und Französisch
COMECE, 19 square de Meeûs, B-1050 Brüssel
Tel: +32/2/235 05 10, Fax: +32/2/230 33 34
e-mail: europeinfos@comece.eu

Herausgeber: Fr Olivier Poquillon OP
Chefredakteure: Johanna Touzel und Martin Maier SJ

Hinweis: Die in europeinfos veröffentlichten Artikel geben die Meinung der Autoren wieder und stellen nicht unbedingt die Meinung der COMECE und des Jesuit European Office dar.
Darstellung:
http://www.europe-infos.eu/